retour
Cailloux et toiles
Les pierres aventureuse d'André


En 2007, André doit séjourner quelques temps loin de son atelier et de son causse. Devant la nécessité de créer dans une sorte de dénuement, il s'établit sur un tas de cailloux entre graviers et galets ; là, tel un musicien avec des notes - un thème musical en tête, insiste t'il - il choisira soigneusement certains d'entre eux afin de les faire entrer en résonance ! Puis, avec des brindilles, bouts de fil de fer, de ficelles et quelques touches de ces pigments qui font sa peinture si lumineuse, il réalise de magistrales petites pièces : sculptures miniatures, objets à l'état brut, haïkus visuels.
Imaginez le plaisir enfantin et l'éblouissement à tenir dans le creux de la main des rochers de Fontainebleau ou une architecture de Franck Gehry...
Ces comparaisons les photographies de Claude Postel qui accompagnent l'exposition, les suscitent en jouant adroitement sur une incertitude d'échelle.
A l'épreuve du très petit volume, André Nouyrit parfait la démonstration de la force plastique et colorée de son art.


Nicole Détourbe, décembre 2007.